Les maladies les plus fréquentes 

LA MYXOMATOSE:
La transmission se fait principalement par piqûre d'insectes soit par des moustiques, soit par des puces, rarement par contact direct (écoulement nasal, oculaire). Actuellement, on constate que la maladie peut se déclarer n’importe quand, avec une recrudescence à la fin de l’été et à l’automne. Lors des grands froids d’hiver, les insectes porteurs de la maladie circulent nettement moins. L'incubation dure de 3 à 5 jours.
Deux formes cliniques de la maladie existent :
1 - La forme cutanée classique, rencontrée le plus souvent dans les élevages de type traditionnel. Elle peut s'exprimer en trois phases :
                  Phase oculaire : oedème de la tête,conjonctivite, larmoiement, pus,...
                  Phase d'état : (en 2 à 3 jours) : les organes génitaux sont touchés (oedème, rougeur, nécrose)
                  Phase terminale : Nodules sur tout le corps (surtout sur la face autour des oreilles)
2 - La forme respiratoire plus fréquente dans les élevages de type industriel (Rhinite, conjonctivite, atteinte pulmonaire).

La Vaccination :
L'idéal est de pratiquer la vaccination dés le début du printemps avec un rappel en juin - juillet. L'immunité n'est pas transmise des mères aux lapereaux, la vaccination des sujets est donc utile à partir de l'âge du sevrage.
Il existe deux types de vaccin :
                 Vaccin hétérologue (virus du fibrome de shope ) type Lyomyxovax qui peut être utilisé pour les petits élevages (10 doses ). Un rappel doit être fait tous les 4 à 6 mois. Ne pas vacciner en dessous de 4 semaines et en milieu contaminé. La protection par ce vaccin n'est pas totale.
                 Vaccin homologue (virus de la myxomatose atténué) Dervaximyxo SG 33 . Protection efficace mais réservée aux élevages importants (40 doses). Ne pas vacciner en primo- vaccination ( utiliser un vaccin hétérologue pour cela ). La protection est plus efficace.

Lapin atteint de myxomatose en cours de guérison

On doit agir à titre préventif sur l’environnement :
                  Réaliser  une hygiène des clapiers fréquente
                  Désinfecter les clapiers au moyen d'une solution de grésyl , eau de javel, ou autres virucides/insecticides.
                  Lutter contre les insectes : en mettant des solutions insecticides rémanentes, de la toile à moustiquaire, papiers collants tue mouches. On peut mettre dans la cage des vieus bas imprégnés de gas oil. A titre curatif on peut utiliser la Myxolisine qui est une solution buvable homéopathique.

 

Le VHD ou maladie hémorragique virale (VHD):

La maladie hémorragique virale (VHD) est une pathologie spécifique du lapin européen due à un virus apparu dans les années 1990 en France. Le virus de la VHD touche exclusivement l'espèce Oryctolagus Cuniculus (c'est à dire tous les lapins européens : sauvages ou domestiques).

 On s’en rend compte de manière très brutale lorsqu’on constate des décès sans signes cliniques préalables. Tous les membres d’un élevage ou d’une colonie peuvent décéder en un temps très court. Il m’est arrivé d’avoir une lapine qui bougeait très peu, qui vacillait lorsqu’on la poussait du plat de la main et qui mourrait dans la demi heure. Le virus est très actif. 

La transmission se fait soit par insectes, soit par voie directe par contact entre lapins (aliments, déjections, foin, paille, eau,… ). Le propriétaire du lapin peut être le porteur du virus (visite dans une exposition, balade en campagne, contact avec un chien qui a consommé une carcasse contaminée lors d’une virée en forêt,…). Lorsqu’il y en a un de malade, c’est trop tard, les autres suivent.
L’incubation dure de 2 à 5 jours. Le plus souvent, on observe une goutte de sang au bout du nez, mais ce n’est pas une généralité (des fois on ne voit strictement rien). Exceptionnellement, le lapin peut avoir une fièvre (le corps du lapin parait chaud quand on le caresse), il peut être paralysé, apathique, sans appétit,…
Le vaccin est très résistant et n’est pas détruit par la congélation.
Le traitement préventif consiste à vacciner les animaux dès leur jeune âge souvent dès le sevrage. Le vaccin que l’on trouve chez le vétérinaire est un vaccin temporaire.
Il y a lieu de suivre les indications portées sur la notice du vaccin.

Vaccins possibles ; Lapimune HVD, Cunical, Lapinject 
Il existe un vaccin mixte Myxo/Vhd, le Dercunimix, mais il protége 12 mois de VHD et 4 mois contre la Myxomatose.


Haut de la page

 





Créé avec Créer un site
Créer un site