1 Le sevrage.

C'est l'éleveur qui détermine la date du sevrage. Cette date est fonction de plusieurs critères.
En premier lieu, il faut tenir compte du nombre de lapereaux dans la portée. Plus la portée est nombreuse, et plus la ration de lait accordée à chacun sera faible. Ils devront têter en théorie plus longtemps. Toutefois, dans la pratique, les petits commencent à manger plus tôt pour compenser leur ration maternelle plus maigre. Ils trouvent un complément de nourriture en imitant la mère.
Le deuxième critère est celui de la lactation qui peut être plus ou moins abondante selon les sujets. Si une mère tarit rapidement, les petits seront amenés à se débrouiller plus tôt.
Le troisième critère est celui du délai de la nouvelle fécondation de la mère.

Petits non sevrés


Le délai de la présentation de la femelle au mâle après la mise bas dépend de l'importance de la portée et de la qualité de l'aliment distribué.
Si l'éleveur emploie un aliment composé équilibré, l'intervalle entre la mise bas et la saillie peut être de 10 à 15 jours. Pour un élevage familial, il vaut mieux attendre un mois (date du sevrage moyen des lapereaux) .
Dans les élevages industriels, la nouvelle saillie se fait souvent le lendemain de la mise bas. (Dans ce cas, la lapine accepte très facilement le mâle, mais elle s'épuise beaucoup plus rapidement et elle doit être renouvelée plus souvent).
En règle générale on considère que les lapereaux sont sevrés à l'âge d'un mois. Ils sont capables de se nourrir seuls. De plus, leur nourriture compense en quantité et qualité le lait maternel.

Petits non sevrés



2 La croissance.

Les petits doivent être séparés de la mère dès qu'ils mangent seuls et qu'ils n'ont plus besoin de lait maternel. Si l'aliment est  composé de granulé adapté, la séparation se fait au bout d'un mois environ, on peut attendre un peu plus si les lapereaux ne mangent que des céréales et du fourrage.
Ils resteront dans cette cage d'engraissement 2 à 3 mois de plus, date à laquelle ils deviennent bons à manger.

Pour les lapins nains, ils peuvent être commercialisés ou être donnés dès le sevrage.

Petits sevrés (1 mois environ)



L'elevage du lapin ne pose pas de gros problèmes en régle générale, mais demande une bonne vigilance. Le lapin est assez bagarreur par lui même. Comme dans toute société, une hiérarchie doit s'établir, souvent par la force. Les mâles se mordent avec violence extrême qui peut provoquer la mort de son adversaire. Il faut isoler tout blessé avant que les autres interviennent à leur tour, ce qui peut provoquer un acharnement mortel.

Petits sevrés (un mois environ)


Hormis ces problèmes d'entente, il faut tenir leur cage propre. Le manque d'hygiène peut être un facteur qui fait que certaines maladies ou acariens se développent. Il vaut mieux séparer les mâles des femelles. De plus, il faut veiller à leur laisser un espace individuel suffisant. Dans certains élevages industriels, les lapins à l'engraissement vivent dans un espace qui ne dépasse pas celui d'une feuille de papier format A4. Il est généralement admis que 7 à 8 lapins par M² est une bonne moyenne.



Haut de la page

 






Créé avec Créer un site
Créer un site